Un mois après Gleylancer, Ratalaika Games porte un autre shoot’em up de légende sur consoles next-gen : Gynoug.

De Wings of Wor à Gynoug

Si vous ne le saviez pas, Gynoug a d’abord été commercialité aux Etats-Unis sous le nom de Wings of Wor, en 1991. Il a été ensuite commercialisé au Japon et en Europe sous le nom de Gynoug.
Après avoir porté Gleylancer le mois dernier, Ratalaika Games revient à la charge avec Gynoug, 30 ans après sa sortie sur Mega Drive. J’ai un gros faible pour les shoot’em up et je suis toujours à l’affut de nouveaux titres ou de portages de jeux qui on marqué les précédentes générations de consoles.

Vous incarnez donc Wor, un homme volant dont la planète a subi de plein fouet les effets d’un virus qui transforme les habitants en monstres. Wor n’est pas donc pas très très content et il va se charger à lui tout seul de trouver la source du virus pour l’éradiquer une bonne fois pour toute.
Bon ok, à l’époque il n’y avait pas forcément de vrai scénariste dédié à l’écriture de jeux. Et puis il faut bien avouer que souvent, l’histoire dans les shoot’em up n’est pas la première chose que l’on regarde.

Gemme rouge ou gemme bleue ?

Gynoug est un shoot’em up à défilement horizontal et le but, comme tout shoot qui se respecte, est de tuer tout ce qui bouge. Gynoug se distingue par un concept de gemme rouge et gemme bleue. La première augmente la cadence de votre tir tandis que la seconde augmente la grosseur du tir. Bien entendu, vous pourrez modifier le type de tir, en récoltant des items.
Les plumes quant à elles augmentent la vitesse de déplacement de Wor et les parchemins octroient des pouvoirs magiques.

Un portage copieux

A l’instar de Gleylancer, ce portage dispose de fonctionnalités non disponibles en 1991. Le mode Rewind permettra ainsi, en plein jeu, de revenir en arrière. Très pratique pour annuler la mort. Vous retrouverez également la possibilité d’appliquer des filtres (fullscreen, tube cathodique, pixel perfect, etc.)
Personnellement, nostalgie oblige, je n’ai rien toucher aux options par défaut.

Le must du 16 bit ?

Cela fait plaisir de retrouver un shoot’em up de légende comme Gynoug. Malgré des décors qui manquent de diversité et de clarté par moment, des mécaniques toujours pas très claires (aucune explication !?), et une bande son que l’on aurait vite oublié, Gynoug est un shoot’em up qui défoule assez bien. Ses différents filtres permettront de revivre l’aventure de différentes manières. Côté trophées, sachez que vous pouvez obtenir le graal en moins d’une heure, en une seule session.
Son prix très attractif (5.99€) vous fera probablement franchir le cap sans hésiter une seule seconde. Enfin mon petit doigt me dit que Ratalaika Games n’a pas finit le portage de shoot de légendes…

Points positifs :

  • Portage de qualité
  • Nombreuses options : filtre, rewind, cheats codes
  • Prix très attractif
  • Ca défoule !
  • Des boss grandioses

Points négatifs :

  • Mécaniques pas très claires
  • Manque de clarté et de diversité dans les décors
  • Bande-son oubliable
13/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.