Presque 30 ans après sa sortie sur Mega Drive, Gleylancer, le shoot’em up mythique revient sur PlayStation.

30 ans après

Gleylancer (ou Advanced Busterhawk Gley Lancer) est un shoot’em up iconique paru en 1992 sur la console Sega Mega Drive. Ce jeu est exclusivement sorti au Japon et n’est jamais parvenu en Europe avant 2008. En effet, c’est en 2008, que le jeu a été proposé dans le catalogue virtuel de la Wii, dans toutes les régions. Depuis, aucun signe du jeu, édité autrefois par NCS Corporation et développé par Masaya.

C’est finalement, la semaine dernière, soit près de 30 ans après, que le jeu fait son grand retour par l’intermédiaire de l’éditeur Ratalaika Games.

Le synopsis reste inchangé : une histoire basique mais efficace, sous fond de Space-Opera : En 2025, une guerre éclate entre les humains et une race alien encore inconnue. La jeune Lucia, une fille de 16 ans, pilote pour la Fédération Terrestre va alors prendre part au combat pour détruire les envahisseurs mais aussi pour sauver son père qui a été capturé. A l’aide de son vaisseau, le Gleylancer, Lucia voyagera à travers 11 niveaux, tous plus variés les uns que les autres.

Une formule inchangée… ou presque

Si Gleylancer conserve sa patte graphique des années 90, c’est parce qu’il n’y a aucune amélioration de ce côté là. Mais qu’importe, le style rétro et ses musiques 16 bit nous rappelle de bons souvenirs. Si je n’avais jamais eu l’occasion d’y jouer sur Sega Mega Drive (compliqué l’import à ce moment-là), je l’avais fini avec grand plaisir en 2008. C’était d’ailleurs l’un de mes tous premiers achats sur la console virtuelle de la Wii.

Le jeu propose essentiellement des passages en scrolling horizontal. Coté arsenal, vous serez en mesure d’équiper deux modules sur votre vaisseau et selon la configuration choisie, leur fonctionnement ne sera pas le même. Par exemple en mode « search » (très utile quand on est débutant), les modules se mettront à chercher les ennemis tandis que vous vous occuperez avec votre Gleylancer des tirs ennemis. Vous pouvez également paramétrer un tir auto, très utile je trouve si vous ne voulez pas « abimer » votre pad en laissant continuellement une touche appuyée. On appréciera également pouvoir changer la vitesse de déplacement du vaisseau (par défaut sur 1, c’est pas très « vif »).

Visuellement, les graphismes restent comme à l’époque de la Mega Drive. Rien n’a été revu de ce côté-là. On alterne entre décors assez sympas avec des effets parallaxes mises en avant et d’autres niveaux sans âme aucune. Les musiques 16bit quant à elles sont assez nerveuses, surtout pendant les phases de boss qui conclue chacun des 11 niveaux.

Les nouveautés

Ce portage apporte son lot de nouveautés qui sont les bienvenues. Citons pour commencer l’option « Rewind » qui permet de revenir en arrière si vous mourrez par exemple. Très utile pour vous éviter de recommencer un niveau. Il est évidemment que cette option rend le jeu bien trop facile, mais libre à vous après tout de l’utiliser ou non.

Durant le jeu, vous pouvez également modifier le type de module en plein jeu. Par exemple en mode « reverse » les modules tireront constamment vers l’arrière. Ca parait rien comme ça, mais ça peut parfois vous sauver la mise durant des phases un peu tendues.

Le space-opera qu’on attendait

Gleylancer fait son retour sur consoles de salon pour notre plus grand plaisir. Le plaisir des combats nerveux et des musiques dynamiques restent inchangées. Les options d’accessibilités proposées dans ce portage raviront les plus jeunes joueurs envieux de Space Opera. Son prix (5.99€) très attractif feront, sans aucun doute franchir le pas à de nombreux adeptes du genre et amoureux des shoot’em up de légende !

Points positifs :

  • Plusieurs options d’accessibilité
  • Un shoot’em up iconique sur Next-Gen
  • Le prix
  • Musiques dynamiques
  • Les boss toujours épiques

Points négatifs :

  • Certains niveaux en dessous des autres
  • Une refonte graphique aurait été appréciée
15/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.