Si Ginga Force était déjà paru sur les consoles Xbox 360 il y a plus de 7 ans au Japon, ce n’est que l’année dernière qu’il est arrivé sur PlayStation 4.

Une histoire originale ?

Qu’on se le dise, les shoot’em ups ne sont pas généralement connus pour apporter des histoires palpitantes et on se laisse plutôt tenter par leur gameplay que par le reste. Ayant tester pas mal de shoots et plus récemment Gleylancer et Gynoug, je sais de quoi je parle. Alors est-ce que Ginga Force tire son épingle du jeu de ce côté là ? Et bien oui. Là ou bon nombre de jeux du même genre ont joué la carte du « des extraterrestres arrivent sur notre planète, il faut les anéantir pour la sauver », le deuxième jeu de M-Kai (pour Qute) propose quelque chose d’original.

Dans Ginga Force, vous incarnez le pilote Alex et faites partie de la société MSS (Mitsurugi Service de Sécurité). Vous êtes en charge de la sécurité de la planète Septima et devez arrêter toute sorte de criminels. En plus d’être original, l’histoire est scénarisée constamment durant les niveaux. Chaque personnage, information ou vidéo est consultable dans la galerie depuis le menu principal, ce qui permet d’expliquer plus en détail le lore, en français qui plus est.

Votre mission, si vous l’acceptez…

Contrairement aux shoot’em ups arcade où l’on enchaine les niveaux les uns après les autres, dans Ginga Force, ils sont découpés en missions. Depuis l’écran de sélection, libre à vous de sélectionner celle qui vous plaît à condition de l’avoir débloqué bien entendu. Côté interface c’est d’ailleurs assez clair, chaque mission étant listée sur une ligne et chaque ligne correspondant à un niveau de difficulté. Là encore, Ginga Force propose quelque chose d’original puisque la difficulté n’est pas choisie en début de partie.

Une fois la mission lancée, une phase de cinématiques (qu’il est possible de passer) et des dialogues précisant la nature de la mission apparaissent à l’écran… en même temps que les ennemis. Dommage du coup car on ne suit pas grand chose de l’histoire.

Le jeu est intégralement traduit en français et doublé en japonais. C’est franchement cool au début et puis ça devient rapidement énervant d’entendre toujours les mêmes voix quand on recommence sans cesse les mêmes niveaux. Heureusement qu’il est possible de les désactiver dans les options.

A la fin de chaque mission, vous recevez de l’argent sonnant et trébuchant qu’il sera possible d’utiliser dans la boutique mais j’y reviendrai.

Surveillez vos jauges… et l’écran !

Dans Ginga Force, vous sélectionnez vos armes avant de commencer chaque mission : l’arme principale, l’arme secondaire et l’arme spéciale. L4utilisation de ces armes est basée sur une jauge visible en bas à droite de l’écran : la rouge pour la principale, la verte pour la secondaire et la bleue (en demie cercle) pour la spéciale. Les deux premières jauges se rechargent en tuant des ennemis et en ramassant les bonus qui apparaissent à l’écran. La jauge la plus basse est celle qui se rechargera en priorité. Quant à la jauge spéciale, une fois utilisée, il faudra attendre un certain laps de temps avant de pouvoir s’en servir à nouveau. En plus de ces armes, 3 bonus passifs peuvent être équipés sur votre vaisseau, à condition de les acheter avant en boutique. Ils sont représentés par des hexagones à côté des jauges d’armes.

En plus de ces items qu’il faut ramasser pour recharger ses armes, vous pourrez récolter des crédits. Cette monnaie sert à deux choses : établir votre score en fin de partie, et acheter de nouvelles armes et cosmétiques dans la boutique. A noter qu’a l’écran, si vous arrêtez de tirer, les crédits viendront automatiquement sur votre vaisseau. Chaque item de crédit n’a pas la même valeur et dépend d’un multiplicateur (non affiché) et du nombre d’ennemis tirés à la chaîne. De la valeur dépend la taille des crédits et cela pose clairement un problème de lisibilité à l’écran. Mais ce n’est pas le seul point qui rend la « lecture » difficile.

Lorsque l’on commence une mission, si l’on fait abstraction des dialogues qui jonchent sur l’écran au début, et même parfois en cours de partie, on se rend compte que c’est assez difficile d’y voir clair. Entre les « bullets » ennemis, vos tirs, les collectibles (argent) à ramasser, les bonus etc, cela devient vite illisible. Pire encore, dans les difficultés supérieures, il faut vraiment avoir l’esprit vif pour éviter les tirs ennemis tout en ramassant les précieux crédits nécessaires à l’achat d’armes plus puissantes ou les bonus pour recharger les armes.

C’est dommage car les niveaux sont dans l’ensemble assez réussis. Ils sont assez détaillés et Ginga Force offre même une perspective intéressante en inclinant légèrement la vue (c’est un shoot à défilement vertical à la base) lors de certains passages, pour passer de la 2D à une pseudo 3D.

Généreux ?

Ginga Force n’est pas un shoot que vous terminerez en 1h tout compris. Il faudra s’accrocher même pour terminer les 10 niveaux (+2 niveaux bonus où il faut combattre des vagues d’ennemis) en difficulté facile. A vrai dire, certains niveaux seront quasi impossibles à terminer, même en facile, si vous n’avez pas acheter l’arme qui va bien. Je ne parle même pas des difficultés supérieures. Mais j’ai envie de dire tant mieux, car on en a pour son argent.

Et en plus du mode histoire que je vous ai présenté, un mode attaque au score est également disponible. Là encore vous sélectionnez le niveau que vous souhaitez mais vous devez choisir entre 3 configurations de vaisseaux imposés. Vous pouvez ensuite publier votre score sur les leaderboards et même votre vidéo ! Enfin vous avez la possibilité de visualiser les vidéos des autres joueurs (s’ils les ont publié bien évidemment).

Chasseurs de trophées, il va falloir vous accrocher pour obtenir le St Graal : terminer le jeu dans sa difficulté max, terminer tous les niveaux en moins d’une heure, accomplir certains objectifs précisé dans telle mission … bref vous allez être servis :)

Une réussite ?

Ginga Force ne plaira pas à tous les fans du genre. D’abord ce n’est pas un jeu d’arcade et les aficionados du 1CC et autres marqueurs des shmups seront déçus. Même s’il propose une histoire originale, des décors plutôt jolies dans l’ensemble, le gros défaut de Ginga Force est sans aucun doute son manque de lisibilité à l’écran. Difficile dès les premiers niveaux, il ravira les joueurs en quête de difficulté. Avec un choix assez varié d’armes et de cosmétiques (qu’il faudra toutefois débloquer puis acheter pour les utiliser), Ginga Force propose un gameplay varié. Ce n’est certainement pas le meilleur shoot auquel j’ai pu joué ces dernières années mais j’ai passé un excellent moment et franchement ça défoule bien !

Point positifs :

  • Une pléthore d’armes
  • Des décors variés et jolis dans l’ensemble
  • La musique dynamique et entrainante
  • Une histoire originale
  • Entièrement traduit en français

Point négatifs :

  • Souvent brouillon à l’écran
  • Impossibilité de suivre correctement l’histoire en jouant
  • Difficulté mal dosée, même en difficulté « facile »
14/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.