Développé par Navegante Entertainment et publié par Team 17, je vous livre mon avis sur Greak Memories of Azur.

Les Courines contre les Urlags

Vous évoluez dans le monde d’Azur. Son peuple, les Courines tentent d’échapper à l’invasion des Urlags. Vous incarnez Greak, qui est à la recherche de sa sœur Adara et de son frère Raydel.

Le voyage de Greak l’emmènera dans un village de Courines. Ces derniers tentent de s’exiler sur une nouvelle terre d’accueil, en construisant un aéronef. Greak va accepter de les aider à condition qu’il retrouve d’abord sa soeur et son frère.

Trois Courines au gameplay différent

La particularité de Greak Memories of Azur est la possibilité d’incarner 3 personnages différents au fil de votre aventure. Vous commencez avec Greak, un chevalier armé d’une épée et d’une arbalète. Plutôt agile, il est capable d’effectuer des double sauts mais n’est pas très à l’aise dans l’eau.

Durant son voyage, Greak retrouvera sa sœur. Adara est une oracle et utilise la magie. Elle fait moins de dégâts, ne peut pas faire de double saut mais plane dans les airs. Contrairement à son frère, elle peut rester plus longtemps sous l’eau.

Enfin Greak et Adara finiront par retrouver Raydel, l’aîné de la famille. Celui-ci est moins agile et se déplace plus lentement avec son épée, mais occasionne plus de dégâts. Il possède un bouclier qu’il peut utiliser pour contrer les projectiles et autres coups. Coté déplacement, il peut réaliser des doubles sauts et sait manier un grappin pour atteindre des endroits inaccessibles. En revanche impossible pour lui d’aller dans l’eau.

Vous pouvez changer de personnage en utilisant l’une des flèches directionnelles associées à Greak, Adara ou Raydel. Mais il est possible également de faire avancer un ou plusieurs personnages en même temps avec . Enfin en maintenant sur , les personnages proches de celui que vous contrôlez viendront vous rejoindre.

Tous les personnages ne se valent pas en terme de gameplay. Ainsi j’ai trouvé l’utilisation du grappin de Raydel assez imprécise voire même frustrante au début. La lévitation d’Adara, basée sur une jauge, qui est la même que celle de son tir magique, est assez frustrante également car elle se vide assez rapidement. Personnellement j’ai essentiellement joué avec Greak, en faisant suivre les autres personnages même si vous devrez inévitablement jouer avec les trois notamment pour résoudre les multiples puzzles du jeu.

Soigné, dans les moindres détails

Greak Memories of Azur, est le premier jeu de Navegante Entertainment et on peut dire qu’ils ont bien soigné le moindre détail. Tout a été dessiné à la main : les décors de fond, les personnages, les animations, les cinématiques,… tout.

Le jeu est très joli et n’est pas sans rappeler parfois Hollow Knight notamment dans le design des personnages (sans bouche).

Les fonds sonores ou même la bande originale du jeu n’est pas mise de côté non plus. La plupart des musiques sont orchestrales et reflètent parfaitement la désolation des terres envahies par les Urlags. Petite précision : s’il ne vous reste qu’un point de vie sur l’un de vos personnages, la musique s’arrêtera, signalant que vous devez vous soigner. De plus vous entendrez les battements de cœur de votre personnage… Dans les moindres détails je vous avais dit.

Les différentes énigmes qui parsèment le jeu sont aussi très bien ficelées et demanderont d’utiliser deux ou trois personnages. J’ai particulièrement aimé ce côté puzzle et je trouve dommage au final qu’il ne soit pas possible de faire l’aventure en coop (locale ou online).

Enfin le jeu propose une bonne dose de challenge notamment si vous essayez de terminer le jeu en moins de 3h ou en sauvegardant 5 fois maximum : il n’y a pas de checkpoints et si l’un de vos personnages perd tous ses points de vie, c’est retour à la dernière sauvegarde. Par conséquent il faudra faire attention notamment lors des combats de boss à plusieurs. Étant donne que le déplacement simultané de 2 ou 3 personnages est un lourd par moment, je vous conseille de mettre 2 persos de coté si vous le pouvez et de combattre qu’avec un seul.

Une belle aventure

Proposant de multiples quêtes annexes qui vous permettront de gagner des objets pour faciliter votre aventure, Greak Memories of Azur possède une durée de vie assez correcte. Comptez environ 8 à 12 heures pour en venir à bout la première fois. Il est bien entendu possible de minimiser ce temps si vous connaissez bien le jeu d’autant qu’un trophée vous demandera de le terminer en moins de 3 heures.

J’étais complétement passé à coté de sa sortie (août), faute aux vacances certainement mais je dois dire que j’ai été agréablement surpris. Greak Memories of Azur est clairement l’un de mes coups de cœur de cette année.

Points positifs :

  • Des décors magnifiques réalisés à la main
  • Énigmes intéressantes
  • Une histoire sympathique
  • Des quêtes utiles et qui servent l’histoire
  • Déplacements rapides ajoutés depuis une recente mise à jour

Points négatifs :

  • Pas de coop, c’est dommage le jeu s’y prête bien
  • Les déplacements simultanés un peu lourds
  • L’utilisation du grappin de Raydel trop imprécise
16/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.