Metal Tales: Overkill est un jeu qui mélange à la fois le genre Shoot et le genre Roguelike sur fond de musique métal. Le pari est-il réussi ?

Un synopsis original

Le dieu Kuk a pris le contrôle des dieux du métal (comprenez pas là, des figures emblématiques du genre métal) et par conséquence tous leurs fans métalleux. A l’aide de son armée de zombies, il organise des concerts qui ne se terminent jamais afin de priver les groupes de métal de leur créations et pervertit leurs fans dévoués. Vous seul pouvez les sauver de cette terrible malédiction…

On est d’accord que le synopsis est pour le coup vraiment original même si au final il sert de prétexte pour défourailler tout ce que vous trouverez sur votre passage. Personnellement je pense plus que l’originalité du titre tient plus de son mélange entre les genres shoot et roguelike.

Le choix des guitares

Après une brève introduction, il est temps pour vous de prendre les armes… ou plutôt les guitares. Avant de commencer une partie, vous pourrez choisir en théorie jusqu’à 4 chanteurs de métal. Je dis en théorie car 2 d’entre eux sont bloqués et nécessite de remplir certaines conditions avant de pouvoir les incarner (tuer deux boss bien spécifiques). Il vous reste donc le choix entre Axel ou Eve.

Les personnages se distinguent sur 4 critères : le nombre de points de vie, la vitesse, la cadence de tir et le nombre de dégâts occasionnés. Il y a aussi un menu upgrades mais je ne sais vraiment pas comment on peut l’afficher (depuis cet écran de personnages) même après le patch day-one qui est censé le corriger… passons.

Les niveaux ici sont présentés sous la forme de concerts. Vous devrez vous défaire des fans déjantés de métal qui sont possédés par Kuk. Pour chaque monde, les zones sont générées aléatoirement, même si au final après plusieurs parties on retrouve rapidement les mêmes (et c’est normal). Il y a plusieurs types de salles : salle avec pièges que vous devez éviter pour récupérer un item, salle ou des vagues d’ennemis s’enchainent, boutique de vente d’objets, salle d’objet cadeau et salle de boss.

Pour passer au niveau suivant vous l’aurez compris, vous devrez tuer le boss. Celui-ci aussi peut être différent pour le même niveau.

Les missions

Chaque fois que vous commencez une partie, 3 missions vous sont attribuées. Tant que vous ne les terminez pas, elle ne sont pas remplacées même en cas de nouvelle partie. De même que lorsque vous terminez une ou plusieurs missions, celles-ci ne sont remplacées que lors d’une nouvelle partie.

Mais du coup à quoi servent ces missions ? C’est simple, en les terminant vous gagnez des points (plus ou moins élevés). Ces points peuvent être ensuite dépenser dans les « upgrades » du jeu. Ces upgrades sont accessibles une fois que vous mourrez. Ils sont aussi permanents et vous permettent par exemple de d’avoir une vie en plus, un bouclier supplémentaire, un nombre de choix d’objets plus importants dans la boutique, etc…

Les missions sont donc importantes si vous souhaitez progresser plus facilement dans les niveaux car au début vous allez mourir un paquet de fois.

Environnement métal-hick

La direction artistique du jeu est assez basique, et je trouve pas très joli. Qu’importe, on est dans un shoot pour dégommer des méchants donc ça ne me dérange pas. Metal Tales Overkill propose 15 ennemis différents et 8 boss différents. D’ailleurs, à l’heure où j’écris ces lignes, il y a un boss que je n’ai jamais trouvé : Ottavio. Un trophée demande de le tuer mais je ne suis semble-t-il pas le seul. Je dois avoir environ une trentaine de parties à mon actif pourtant… bizarre.

Les environnements ne sont pas non plus très variés et sont de 3 genres : Metal Den, le Metal Festival et la Scène de performance ultime.

Coté musique et bande-son, on respecte bien l’univers métal. D’ailleurs dès l’écran tire, on peut consulter des bonus avec tous les vrais groupes de musiques métal qui composent la bande-son. Plutôt sympa pour les fans du genre.

Un titre sympa ?

Metal Tales Overkill propose un univers assez original sur fond de musique métal. Le mélange des genres Roguelike 3D + Shoot fonctionne assez bien. Quelques bugs sont à déplorer, que ce soit sur les trophées ou sur le jeu lui même. Pour un studio indépendant le jeu reste toutefois assez réussi et vous fera passer quelques heures sympas, qui défoulent qui plus est. On déplore le manque de statistiques et le manque d’ennemis variés.

Points positifs :

  • Un mélange des genres qui fonctionnent bien
  • La coopération locale (pas testé mais c’est à saluer)
  • La bande son assez bonne
  • De bonnes idées

Points négatifs :

  • Pas de statistiques
  • Trophées bugués
  • Quelques bugs assez pénalisants même avec le patch day-one
  • Manque de variété d’ennemis
13/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.